Essai Cupra Born (2023) – Born to be wild

L’ID.3 parée pour Halloween

« A brand new Cupra is Born ». Voilà le doux message ce que l’on peut lire sur certaines brochures présentant sa majesté protégée. Oui enfin, loin de vouloir jouer les rabat-joie, toute nouvelle, il ne faut pas exagérer non plus. Si le Formentor est effectivement un modèle distinctive et que les Leon et Ateca dérivent de Seat, la Born est plus du style trahison en quittant le moule familial. Cupra aurait-il choisi la facilité en utilisant la Volkswagen ID.3 comme base pour sa première voiture électrique ? Si côté consultants, on pourrait palabrer sur les factors communs entre l’Espagnole et l’Allemande, chez les profanes, ces jacasseries strategies ne sont que billevesées. A tort ou à raison ? Voyons le contenu de ce joyeux panier pour le vérifier.  

Une compacte électrique au sang chaud

Trois ans qu’elle attendait ça. La voilà enfin arrivée dans les concessions, prête à tailler des croupières à sa sœur de sang. La Born emprunte sans vergogne les soubassements de l’ID.3 et techniquement parlant, c’est bonnet blanc et blanc bonnet, à quelques broutilles près. Mais de l’extérieur, futé est celui qui pourra constater la gémellité entre les deux modèles puisque l’opération camouflage est un succès. C’est bien easy, quand l’ID.3 se caractérise par son côté jovial et presque jouet pour enfant, la Born y oppose une perspective d’adolescente rebelle. Sa bouche béante agrémentée de picots triangulaires lui confère un visage colérique. La lame couleur bronze et les feux ciselés apportent eux aussi une touche ardente et, il faut le dire, un brin provocatrice [euphémisme]. Et de profil, la Born poursuit sa démonstration avec des bas de caisse sort compétition et des jantes de 20 pouces aux accents cuivrés. Terminons par la poupe où l’auto renchérit son caractère mordant avec un imposant aileron accompagné d’un diffuseur ostensible [euphémisme bis]. Les plus pragmatiques hurleront au tuning. Navré de les décevoir, mais ils sont largement hors-sujet. Demander à une Cupra d’être discrète, je pense que vous l’aurez compris, c’est comme avoir encore du respect pour Kim Kardashian : c’est mort.

« Coup de frais pour la planche de bord, cela fait du bien »

Et le tour de passe-passe proceed de plus belle à bord ! L’esprit plastique et convivial de l’ID.3 laisse place à un habitacle plus cossu à la présentation sportive. De ce fait, les couleurs bigarrées – abracadabrantesques – excentriques (rayer la point out inutile) usitées par la Volkswagen se voient fatalement remplacées par le duo noir/bronze. De l’aluminium et de l’Alcantara font aussi leur apparition et valorisent l’ensemble, au même titre que les surpiqûres cuivrées étoffant la planche de bord. Aussi, les sièges baquets arrivent en série et peuvent accueillir une fonction chauffante et massante. A l’arrière, l’espace est vaste et les sièges supportent bien les cuisses mais c’est la bamboche du plastique dur. Le quantity de coffre fait bonne determine avec 385 l. Retour à l’avant, où l’agencement de la planche de bord prend une fois de plus un virage sportif. Le rangement entre les sièges avant sort C4 Picasso disparaît au revenue d’une console centrale haute séparant promptement les occupants avant. L’écran tactile mesure 12 pouces au lieu de 10 dans l’ID.3 tandis que l’instrumentation numérique est flanquée sur la colonne de course. Classe ? Pas forcément. Moderne ? Assurément. Et cela colle parfaitement à l’esprit recherché par Cupra. Passons maintenant à l’ergonomie automobile l’histoire prend ici une tournure un peu amère.

See also  What's it like flying the Pipistrel Velis EV plane?

La délicate épreuve du tout tactile

Oui, le tout tactile dans la Born, c’est un magnifique exemple de la grande fatalité de la vie. Touches au volant, platines de air flow et d’éclairage, plafonnier, infodivertissement et commandes des vitres arrière, presque tout se contrôle par easy effleurement. Et c’est là que le bât blesse. A chaque fois, on a l’espoir que le régulateur va sagement garder la vitesse demandée, à l’abri de la paume de votre most important, qui va pourtant, fatalement, cruellement, automobile c’est son destin, modifier l’attract du véhicule. Régler sa vitesse avec raisonnable élégance et juste dignité devient unattainable. Des mains moites, des paluches tremblotantes ou des doigts gras, impérissable memento de votre dernier kebab (sauce mayonnaise automobile vous aimez vous faire du mal) et paf, c’est le quiproquo ! Le pompon revient aux vitres arrière où il faut activer la touche « Rear » avant de pouvoir les baisser. Absurde ! Et la faute ne revient pas uniquement à Cupra puisque ces symptômes sont partagés avec les Volkswagen ID.3, ID.4 et ID.5, mais curieusement pas avec le Skoda Enyaq iV qui évite habilement cet écueil. Côté infodivertissement, c’est en revanche pas mal. Si l’ergonomie des menus n’est pas un modèle du style, la fluidité de l’afficheur est bonne et les graphismes, corrects.

« Moins sportive qu’elle en a l’air mais agréable à prendre en mains »

En Cupra Born, la clé, c’est vous ! Du coup, il suffit de prendre place sur le siège conducteur et appuyer sur le frein pour mettre en éveil l’Espagnole. Si elle a des gènes allemands, la Born a tout de même le sang chaud. Sélectionnez le mode Efficiency et pressez l’accélérateur à fond…ça marche ! Si le 0 à 100 km/h est annoncé en 7,3 s, ce sont surtout les reprises à basse vitesse qui se montrent percutantes. Sur route, le confort d’amortissement est satisfaisant même si ça peut cogner occasionnellement à l’arrière, surtout en ville. La Born a en effet raffermi ses suspensions pour surpasser discrétos l’ID.3 en termes de tenue de route. Et cela se despatched ! L’auto est un peu plus adroite dans les enchaînements de courbes. Sur autoroute en revanche, elle subira le même type que sa cousine germaine, avec une autonomie d’environ 230 à 260 km pour une batterie chargée à 80%. Sa consommation sur voie rapide est contenue (18,7 kWh/100 km) mais la puissance de cost maximale reste modeste (130 kW). Dommage automobile l’insonorisation apparaît correcte. En ville, le tableau est tout autre puisque la Born redouble d’agilité avec un wonderful rayon de braquage, un capot courtroom et des montants de pare-brise dédoublés assurant une visibilité confortable. Et si vous êtes un sous-doué du parking, la Born freinera automatiquement si vous vous rapprochez fissa d’un quelconque impediment. Bref, une vraie maman poule qui relègue tous vos soucis à l’arrière-plan de la vie !

See also  The Porsche 911 GTS is the 911 GT3 you should purchase. 

Elle en offre un peu plus que l’ID.3

Disponible à partir de 43 800 €, la Cupra Born débarque dans une catégorie qui s’étoffe doucement mais sûrement. Notre modèle d’essai s’échange contre 46 070 € et s’avère relativement bien équipé avec en série le régulateur de vitesse adaptatif, les feux à LED, l’accès et démarrage mains libres, la caméra de recul ou encore le volant chauffant. La Volkswagen ID.3 Professional Efficiency Energetic (44 990 €, 58 kWh, 204 ch) dispose d’une method similaire mais d’un équipement inférieur. Côté français, la Renault Mégane E-Tech Electrical Techno (44 300 €, 60 kWh, 220 ch) présente mieux mais se montre moins liveable. Chez Citroën, la ëC4 Shine Pack (41 150 €, 50 kWh, 136 ch) est à la fois plus accessible et plus confortable mais ses performances sont en retrait. Quant à la MG4 (environ 34 000 €, 64 kWh, 204 ch), elle est, sur le papier, la mieux placée en termes de prix, d’équipements et de performances. Elle peut donc légitiment balancer à toute la concurrence un « cheh » peu constructif, bref. Sans révolutionner le style, la Cupra Born se pose donc en different crédible à l’ID.3 pour qui veut se changer les ID (Observe du rédacteur : je ferai plus ce style de blague, promis).     

On aime

  • Type soigné
  • Habitabilité généreuse
  • Excellente maniabilité

On regrette

  • Ergonomie satanique
  • Qualité de finition inégale
  • Puissance de cost limitée

Verdict : 14,9/20 – Bien